Role Play Magister

un jeu de role dans le monde de vampire la mascarade
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ordre des cendres amères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lionel

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 35
Secte : camarilla
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: L'ordre des cendres amères   Jeu 21 Déc à 17:17

petite introduction pour retrouver dans la mascarade quelques personnages de Vampire l'age des ténèbres.

1990
Dans les sous-sols d’une vieille chapelle abandonnée en pleine campagne Bretonne, une jeune femme de très grande taille, athlétique et majestueuse vêtue d’un reste ravagé par le temps de ce qui devait être une magnifique robe de bal, lis un interminable courrier assise sur un cercueil de pierre. Elle pleure.
Son corps n’est secoué d’aucun sanglot, pas plus d’ailleurs que de la moindre respiration, mais des larmes rouges coulent à gros bouillons le long de ses joues sur ses haillons. Son visage exprime l’extase religieuse de ceux qui viennent d’entendre la parole divine. Ce sont des larmes de joie et d’émerveillement.

L’occident chrétien s’appelle désormais « l’ occident capitaliste ». Lady Susanne ignore tout à fait la signification de ce terme mais cela aurait à voir, paraît il, avec la prise de pouvoir de la bourgeoisie marchande sur la noblesse militaire. Première grande surprise pour elle.
Les royaumes d’Europe ont adoptés l’ancien système grec de la démocratie et ne se sont plus fait la guerre depuis un demi siècle. Tous ont prospéré à des niveaux inimaginables, bien qu’inégaux d’une nation à l’autre.
Les mortels ont reconstruit des égouts dans les villes. Il n’y a plus de rats (enfin, si peu) plus de montagnes d’ordures, plus d’épidémies…. Dans cette partie du monde au moins. Mieux encore, par rapport à son époque, très peu d’Européens meurent encore de faim ou de froid. C’est encore trop bien sûr, mais quels progrès !
Pendant sa torpeur, les siècles avaient vu naître et mourir de grands hommes à la fois rêveurs et juste assez pragmatiques pour faire avancer l’homme dans tous les domaines :Le rois Louis XVI avait aboli l’usage judiciaire de la torture. Un certain Kant avait eu l’idée d’une police des états qui jugerait les offenses d’un pays sur un autre, projet qui ne devait malheureusement devenir effectif que longtemps après sa mort. Le français Victor Hugo avait, entre autre, voulu abolir la peine capitale. La aussi, beaucoup d’eau devait couler sous les ponts avant d’y parvenir.
L’abolition de l’esclavage, la déclaration universelle des droits de l’homme, la contraception, l’égalité des sexes, les droits de l’enfant, les soins médicaux accessibles aux plus démunis, l’école gratuite et obligatoire… et que dire de toutes ces fabuleuses découvertes !
« Tant d’intelligence ! Les humains ont été capables d’accomplir de si grands progrès… sans nous. »
Susanne tend l’oreille. Un homme vient d’entrer dans la chapelle et se dirige vers la trappe secrète, derrière l’autel, qui mène à sa crypte.
« Madame ? »
C’est Smaïn, le disciple goule de son vieux compagnon Michael de Durham. Les temps doivent vraiment avoir changé pour qu’un ancien croisé comme lui fasse confiance à un Maure.
« Je suis là mon garçon. Entre ! »
Il ne paraissait pas plus de dix-huit ans. De taille moyenne pour son époque, soit un mètre soixante-dix, mince, léger, d’une hygiène très soignée et sobrement vêtu d’un pantalon noir, d’une chemise rayée et d’un épais manteau de cuir brun. Il portait une valise dont Susanne devinait qu’elle devait contenir les « vêtements passe-partout » d’une Dame de ce nouvel âge… et quelques nouvelles poches de vitae : Son éveil remontant à peine à deux nuit, elle ne connaissait encore rien des coutumes ni du langage employés par ses contemporains, hors de question pour elle de sortir pour se nourrir seule. Par chance, le Français avait peu changé depuis Malherbe.
« Je vois que vous avez fini de lire. Michael a pleuré, lui aussi, quand je lui ais raconté toutes ses choses, il y a cinq mois. Il a cru, comme vous devez le croire, que le monde moderne devait être un Eden. Croyez moi, nous en sommes très loin.
_Dans sa lettre Michael ne dis pas un mot sur le vatican. Comment se porte notre Sainte-Mère ?
_L’Eglise ? » Smaïn serra les lèvres, confus. « J’ais peur de vous répondre Madame. Elle est… dépassée, corrompue, passéiste, éclaboussée par des scandales anciens et plus récents. Pire de tout : elle est devenue un jouet entre les mains de vos vieux ennemis Tzcimisce et du Sabbat. »
Un pieu d’acier chauffé à blanc planté en travers de son cœur ne lui aurait pas fait plus mal.
« Il faut comprendre que les vrais hommes de bien et de piété, détenteurs de la vraie Foie, étaient à peu près les seuls mortels véritablement dangereux pour votre famille. Aussi les vampires se sont acharnés à pourrir jusqu’à la moelle du dernier os toutes les religions importantes, y compris la mienne. Les hommes saints se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main. Les cendres amères n’ont aucune aide à espérer de ce coté.
_Vous avez parlé du Sabbat. De quoi s’agit il ?
_Le Sabbat… je… je n’y connais pas grand chose moi même. En gros, en très gros, c’est une clique de vampires particulièrement monstrueux qui ont rejetés leur humanité. Ils sont en guerre permanente contre une autre secte de vampires à peine moins excités, la Camarilla. Ce ne sont pas des anges non plus mais au moins, la plupart sont raisonnables. »
Tout en parlant, Smaïn avait ouvert la valise et commençait à en sortir le contenu. « Je ne sais pas si l’on trouve encore des vêtements de coupe contemporaine qui puisse correspondre à vos goûts, aussi n’ais-je pas essayé. Mais bon, ça suffira pour votre première sortie en ville ; En n’adressant la parole à personne, vous ne vous ferez pas remarquer.
_Ah oui c’est, euh… inventif. »
Un pantalon pour femmes, quelle drôle d’idée. Et c’est horriblement moulant cette petite chose, on se sent pire que nue la-dedans !
« Vous êtes sur que je serais discrète avec ça ?
_Ne vous inquiétez pas je commence à avoir l’habitude. Vous êtes le cinquième vampire dont je m’occupe.
_Pardon ?! »
Smaïn haussa les sourcils, puis se frappa le front, l’air piteux. « Mais quelle andouille je fais ! C’est vrai, je ne vous ais pas encore dit. Comme vous le savez, j’ais découvert Michael il y à cinq mois. Depuis, tous les anciens chevaliers des cendres amères qui n’ont pas été détruits se réveillent l’un après l’autre à un mois d’intervalle.
Vous savez, mon avis vaut ce qu’il vaut. Mais je crois pas que ce soit une coïncidence. S’il y a quelqu’un là-haut, et si ce quelqu’un aime encore les hommes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spankingart.wikia.com/wiki/Image:Sher22s.jpg
 
L'ordre des cendres amères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Phénix renaît toujours de ses cendres. || Ordre du Phénix
» Ordre de Mission
» Les voies de la damnation - les cendres de Middenheim
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Personnages - les cendres de Middenheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Role Play Magister :: création des pjs :: créations des pnj-
Sauter vers: